Image placeholder

11e session de l'Université d’été sur la gouvernance des industries extractives en Afrique francophone

  • Online

Les économies des pays de l’Afrique francophone continuent d’être en grande partie dépendantes des revenus issues du secteur extractif.

Contexte

Les économies des pays de l’Afrique francophone continuent d’être en grande partie dépendantes des revenus issues du secteur extractif. Cette richesse du sous-sol contraste malheureusement avec le sous-développement observé dans la plupart desdits pays où, la gouvernance (du secteur extractif) reste en générale faible. La pandémie Covid-19 a davantage mis en exergue les effets négatifs de cette dépendance qui ont conduit certains pays à s’adapter en s’orientant, par exemple, vers de nouveaux types de contrats, à l’instar des prêts adossés sur les ressources naturelles, ou en optant pour de nouveaux endettements afin de répondre à la chute des recettes et à l’augmentation soudaine des dépenses publiques. La transition vers les énergies propres est de plus en plus mise en avant comme une approche qui permettra d’accélérer la lutte contre le changement climatique. Elle présente des opportunités et des défis auxquels les pays sont invités à se pencher, d’où l’importance pour les pays riches en ressources naturelles et qui en dépendent d’améliorer la gouvernance pour une transition énergétique juste et équitable. Au regard des enjeux existants et nouveaux, et en raison de la complexité du secteur et de ses technicités, la gouvernance des industries extractives doit bénéficier de la contribution d’organes de surveillance outillés et aptes. Malheureusement, ces derniers travaillent parfois dans un contexte où l’espace civique est restreint, limitant ainsi leur participation dans la gestion des affaires publiques.    

Le Centre d’Excellence pour la Gouvernance des Industries Extractives en Afrique Francophone (CEGIEAF), avec le soutien de Natural Resource Governance Institute (NRGI), a le plaisir de vous annoncer la tenue de la 11e session de l’Université d’été sur la gouvernance des industries extractives du 18 au 29 juillet 2022 Yaoundé au Cameroun.


Cette formation a pour objectif d’outiller un grand nombre d’organes de surveillance en connaissances et en compétences leur permettant d’améliorer la qualité de leur intervention et leurs capacités à influencer positivement la gestion transparente et responsable des ressources extractives en Afrique francophone.

L’université d’été est ouverte prioritairement aux acteurs de la société civile, aux journalistes, aux universitaires, aux parlementaires, aux maires, et aux sénateurs engagés dans la promotion des industries extractives (IE) dans leur pays depuis au moins deux ans.

Les cours
 

Les cours couvrent les sujets tels que la chaine de décision des industries extractives ; l’économie politique des industries extractives ; le cadre légal et règlementaire de la gouvernance des ressources naturelles ; les initiatives de transparence et de bonne gouvernance dans le secteur extractif ; la fiscalité minière et pétrolière ; la collecte et la gestion des revenus ; les impacts sociaux et environnementaux ; la diversification de l’économie ; les minéraux critiques et la transition énergétique. L’université d’été se tiendra en ligne et sera précédée de trois mois d’activités préparatoires.

Les cours sont préparés et dispensés par des personnes-ressources chevronnées sélectionnées au niveau national, régional et international parmi les universitaires, les chercheurs, les officiels de l’administration publique, les acteurs de la société civile.

Coût de la formation
 

Le coût total de la formation est d’environ US$1000 et couvre les frais de cours.

Bourses
 

Des bourses complètes ou partielles seront accordées à quelques participants après étude de dossier pour couvrir directement les frais de cours. Compte tenu du nombre limité de bourses, nous encourageons vivement les candidats à chercher des financements pour leur participation. Aussi, d’autres organisations et institutions sont encouragées à soutenir leurs candidats. Les institutions qui parrainent devront en plus couvrir séparément les petites dépenses du participant pour la formation en ligne. Les organisations intéressées sont invitées à se manifester et à indiquer le nombre de personnes qu’elles souhaiteraient parrainer au plus tard le 31 mars 2022.

Comment postuler
 

Toute personne intéressée à participer au programme et ressortissant d’un pays d’Afrique francophone est invitée à en faire la demande en envoyant par e-mail les documents suivants :
  • Une lettre de motivation d'une page détaillant les raisons pour lesquelles l’intéressée souhaiterait bénéficier de ce programme, son expérience et celle de son organisation dans le domaine. La lettre doit indiquer si l’intéressée sollicite une bourse partielle ou totale, ou sera soutenu par un autre partenaire.
  • Un CV actualisé.
  • Une lettre de recommandation.
Date limite de réception des dossiers de candidature : 31 mars 2022.

Adresse e-mail : [email protected] 

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez nous contacter à l’adresse : [email protected]

Crédit photo : Agarianna76 / Shutterstock
Image placeholder

Gestion des revenus pétroliers et gaziers au Sénégal

  • Online

Natural Resource Governance Institute (NRGI) a oganisé un webinaire de publication de sa note d’analyse sur la gestion des revenus pétroliers et gaziers au Sénégal, le mardi 14 décembre 2021 de 14h à 16h30 (heure de Dakar).




En fin décembre 2021, le Sénégal était sur le point de devenir un important producteur de pétrole et de gaz. Les revenus que le pays peut espérer mobiliser ouvrent d’importantes possibilités d’accélérer le développement du pays par l’augmentation des investissements publics, mais posent aussi des risques importants s’ils ne sont bien gérés. Dans ce contexte, notre note d’orientation évalue divers aspects des cadres règlementaires et institutionnels du Sénégal pour la gestion des revenus des industries extractives, et propose des recommandations sur la manière dont ils pourraient être renforcés. La note traite en détail des sujets tels que :

  • La transparence et redevabilité dans la collecte et distribution des recettes tirées des hydrocarbures,
  • Les règles budgétaires,
  • La gouvernance du fonds souverain et de PETROSEN,
  • La question de la compensation des communautés autour des projets hydrocarbures.
Ce webinaire a consisté en une présentation des analyses et recommandations par NRGI, suivie de discussions avec des représentants du gouvernement et de la société civile, puis de débats avec les participants.

Modérateur :
  • Hervé LADO, NRGI
Présentateurs :
  • Andrew BAUER, NRGI
  • William DAVIS, NRGI
  • Papa Daouda DIENE, NRGI
Panélistes :
  • Mamadou FALL KANE, COS-PETROGAZ, Présidence de la République.
  • Aida DIOP, Présidente de WIM Sénégal.

Agenda :
  • 14h-14h45 : Présentation des analyses et recommandations par NRGI.
  • 14h45-15h15 : Discussions avec des représentants du gouvernement sénégalais et de la société civile.
  • 15h15-16h30 : Débat avec les participants.
Image placeholder

Sénégal : Publication de l’Indice de gouvernance des ressources naturelles 2021

  • Online

Le jeudi 12 août 2021, Natural Resource Governance Institute (NRGI) a lancé la toute première édition de l’Indice de gouvernance des ressources naturelles (RGI) pour le secteur minier et le secteur pétrolier et gazier sénégalais. Le lancement a inclus une présentation détaillée de l’évaluation menée sur les secteurs minier et pétrolier et gazier sénégalais par Dr Hervé Lado, Manager régional pour l’Afrique de l’Ouest francophone de NRGI.



En tant que projet phare de NRGI, le RGI 2021 est un outil d’analyse fondé sur des données probantes qui permet aux parties prenantes, telles que les gouvernements, les acteurs de la société civile, les entreprises privées et les citoyens, de comprendre comment leurs pays performent en termes de gouvernance des ressources. Il s’agit de données publiques librement accessible qui sert de référence mondiale, d’outil de diagnostic par pays et par secteur, et de feuille de route pour la réforme des politiques et des pratiques. Le RGI 2021 est la plus récente édition et couvre 18 pays d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie et du Moyen-Orient.

Image placeholder

RDC : Publication de l’Indice de gouvernance des ressources naturelles 2021

  • Online

Note de presse »

Le Vendredi 17 septembre 2021, l’Institut de Gouvernance des Ressources Naturelles (NRGI) a lancé le troisième profil de l'Indice de gouvernance des ressources naturelles (RGI) de la République Démocratique du Congo pour le secteur des mines et des hydrocarbures. Le lancement a compris une présentation de l’évaluation menée sur les deux secteurs par Descartes Mponge Malasi, chargé de programmes pour la RDC.




En tant que projet phare de NRGI, le RGI 2021 est un outil robuste et fondé sur des données probantes qui permet aux parties prenantes tels que les gouvernements, les acteurs de la société civile, le secteur privé et les citoyens de comprendre comment leurs pays performent en termes de ressources. Il s’agit d’un produit de données publiques librement disponible qui sert de référence mondiale, d’outils de diagnostic par pays et par secteur, et de feuille de route pour la réforme des politiques et des pratiques. Le RGI 2021 est la dernière édition et couvre 18 pays d'Afrique, d'Amérique latine, d'Asie et du Moyen-Orient.

Image placeholder

Guinée: Publication de l’Indice de gouvernance des ressources 2021

  • Online

Natural Resource Governance Institute (NRGI) a lancé l'édition 2021 de l’Indice de gouvernance des ressources (RGI) pour le secteur minier guinéen mercredi 16 juin 2021. Ce lancement a compris une présentation de l’évaluation menée sur le secteur minier guinéen par Hervé Lado, le responsable pour la Guinée de NRGI.



En tant que projet phare de NRGI, le RGI 2021 est un outil robuste et fondé sur des données probantes qui permet aux parties prenantes, telles que les gouvernements, les acteurs de la société civile, les entreprises privées et les citoyens, de comprendre les performances de leurs pays en termes de gouvernance des ressources extractives.

Le RGI 2021 couvre 18 pays d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie et du Moyen-Orient. Il récapitule l’état de la gouvernance des ressources à travers le monde et fournit une feuille de route pour les réformes des politiques et des pratiques. Il s’agit d’un outil essentiel pour ceux qui visent à promouvoir la transparence, à exiger la redevabilité et à stimuler des réformes dans le secteur extractif.

Le RGI est librement accessible au public. 

Crédit photo : Igor Grochev / Shutterstock

Image placeholder

Opportunités et défis pour le Sénégal dans le domaine de la production pétrolière et gazière

  • Online

Webinaire : Enseignements tirés de l’expérience d’autres nouveaux producteurs

Le Sénégal, qui dispose des réserves importantes de gaz naturel, semble être sur le point de devenir un important producteur d’hydrocarbures. Cette richesse en ressources offre au pays des opportunités, mais présente aussi des risques. Ce séminaire en ligne portera sur le rapport NRGI qui examine les expériences récentes d’autres « nouveaux producteurs », principalement en Afrique, et tente de tirer des enseignements pour le Sénégal sur la manière d’utiliser au mieux ses ressources en hydrocarbures, en tenant compte à la fois de l’évolution du contexte due à la pandémie de coronavirus et de la transition en cours vers les énergies renouvelables.



Modération : Hervé Lado (@hervelado), NRGI 

Présentation de l’étude par les auteurs : William Davis (@WillResourceGov) et David Mihalyi (@davidmihalyi), NRGI
 
Intervenants :

Image placeholder

Présentation aux acteurs et organisations de la société civile guinéenne du rapport de l’indice RGI 2019 pour la Guinée

  • Online

RGI vient de publier le rapport de l’évaluation intermédiaire 2019 de l’indice de gouvernance des ressources naturelles (RGI) pour la Guinée, qui montre l’évolution de la gouvernance minière en Guinée sur les années 2017 et 2018.
Hôtel de l’Université Gamal
Conakry


NRGI vient de publier le rapport de l’évaluation intermédiaire 2019 de l’indice de gouvernance des ressources naturelles (RGI) pour la Guinée, qui montre l’évolution de la gouvernance minière en Guinée sur les années 2017 et 2018. Après la présentation au ministère des Mines et de la Géologie le 24 juin 2019, le présent événement est réservé à l’autre partie prenante majeure du secteur qu’est la société civile.

Les participants
  • 60 Acteurs et représentants d’organisations de la société civile guinéenne du secteur minier, y compris les journalistes.
  • NRGI : Hervé Lado, Guinea Country Manager ; Thomas Lassourd, Senior Economist (New York) ; Kaisa Toroskainen, Africa Program Officer (Accra)
Programme
  • Présentation par NRGI du rapport, par Hervé Lado
  • Echanges et débats avec les participants autour des résultats et des recommandations


Image placeholder

9e Session de l’Université d’été sur la Gouvernance des Industries Extractives en Afrique Francophone

  • Online

Cette formation a pour objectif d’outiller un grand nombre d’organes de surveillance en connaissances et en compétences leur permettant d’améliorer la qualité de leur intervention et leur capacité à influencer positivement la gestion transparente et responsable des ressources extractives en Afrique francophone.

Lisez La Voix des Participants de ce cours.

Le Centre d’Excellence pour la Gouvernance des Industries Extractives en Afrique Francophone (CEGIEAF) de l’Université Catholique d’Afrique Centrale (UCAC), avec le soutien de Natural Resource Gouvernance Institute (NRGI), organise du 29 Juillet au 09 Août 2019 à Yaoundé (Cameroun) la 9e session de l’Université d’été sur la Gouvernance des Industries Extractives.
 
Cette formation a pour objectif d’outiller un grand nombre d’organes de surveillance en connaissances et en compétences leur permettant d’améliorer la qualité de leur intervention et leur capacité à influencer positivement la gestion transparente et responsable des ressources extractives en Afrique francophone.
 
L’Université d’été est ouverte aux acteurs de la société civile, aux journalistes, aux parlementaires, aux maires et aux sénateurs engagés sur les questions relatives à la gouvernance des ressources extractives dans leur pays depuis au moins deux ans.
 

L’Université d’été est résidentielle et dure deux semaines. Le programme couvre la chaîne de décision des industries extractives : la décision d’extraire, la législation, les contrats, la fiscalité, la collecte et gestion des revenus, les impacts sociaux et environnementaux, l’impact des ressources extractives sur le développement. Elle comprend des activités préparatoires en ligne et sur trois mois, deux semaines de cours en résidentiel et éventuellement une descente sur le terrain.
 
Le cours d’été est préparé et dispensé par des personnes ressources chevronnées sélectionnées au niveau national, régional et international parmi les universitaires, les chercheurs, les officiels de l’administration publique, les acteurs de la société civile.
 
Le coût de la formation est d’environ US $ 2700. Il couvre les frais de cours, le billet d’avion, l’hébergement en résidence universitaire, les repas, les frais relatifs à la descente de terrain. Des bourses complètes ou partielles seront accordées à quelques participants après étude de dossier. Compte tenu du nombre limité de bourses, nous encourageons vivement les candidats à chercher des financements pour leur participation. Aussi, d’autres organisations et institutions sont encouragées à soutenir leurs partenaires. Les institutions qui parrainent devront en plus couvrir séparément les petites dépenses du participant. Les organisations intéressées sont invitées à se manifester et à indiquer le nombre de personnes qu’elles souhaiteraient parrainer au plus tard le 31 Janvier 2019.
 
Toute personne intéressée à participer au programme est invitée à en faire la demande en envoyant à l’adresse e-mail ci-dessous une (01) page de lettre de motivation, un CV actualisé et une lettre de recommandation au plus tard le 31 Janvier 2019. La lettre de motivation devra détailler les raisons pour lesquelles l’intéressé souhaiterait bénéficier de ce programme, son expérience et celle de son organisation dans le domaine. Elle devra également indiquer si l’intéressé sollicite une bourse ou sera soutenu par un autre partenaire. Les personnes sélectionnées recevront une réponse au plus tard le 20 Février 2019. Les travaux préparatoires débuteront le 1er Mars 2019.
 
Pour tout renseignement complémentaire, veuillez nous contacter à l’adresse suivante : [email protected]

Plus sur les formations précédentes:

Les participants guinéens de l’université d’été partagent leurs connaissances au retour

Au Congo, « la formation des acteurs de la société civile est un impératif »

Contrôle parlementaire des industries extractives au Burkina Faso : Entretien avec l’Honorable Karidia Zongo-Yanogo


Image placeholder

8ème Session de l’Université d’été sur la Gouvernance des Industries Extractives

  • Online

Le Centre d’Excellence pour la Gouvernance des Industries Extractives en Afrique Francophone (CEGIEAF), de l’Université Catholique d’Afrique Centrale (UCAC), avec le soutien de Natural Resource Gouvernance Institute (NRGI) et de MISEREOR , a le plaisir de vous annoncer la tenue au campus d’Ekounou-Ayéné de l’UCAC, du 30 Juillet au 10 Août 2018 , de la 8ème session de l’université d’été sur la Gouvernance des Industries Extractives.

Lisez La Voix des Participants de ce cours ici.

Le Centre d’Excellence pour la Gouvernance des Industries Extractives en Afrique Francophone (CEGIEAF), de l’Université Catholique d’Afrique Centrale (UCAC), avec le soutien de Natural Resource Gouvernance Institute (NRGI) et de MISEREOR , a le plaisir de vous annoncer la tenue au campus d’Ekounou-Ayéné de l’UCAC, du 30 Juillet au 10 Août 2018 , de la 8ème session de l’université d’été sur la Gouvernance des Industries Extractives. L’université d’été a pour but d’outiller un grand nombre d’organes de surveillance, en connaissances et en compétences, leur permettant d’améliorer la qualité de leur intervention et leur capacité à influencer positivement la gestion transparente et responsable des industries extractives en Afrique francophone.

L’université d’été est ouverte aux acteurs de la société civile, aux journalistes, aux parlementaires, aux maires et aux sénateurs engagés dans la promotion des industries extractives (IE) dans leur pays depuis au moins deux ans. Elle est résidentielle, dure deux semaines et couvre la chaîne de décision des industries extractives : la décision d’extraire, la législation, les contrats, la fiscalité, la collecte et gestion des revenus, les impacts sociaux et environnementaux, l’impact des ressources extractives sur le développement. Elle comprend des activités préparatoires de trois mois, qui se font en ligne, le cours d’été de deux semaines en résidentiel et éventuellement une descente sur le terrain.

Le cours d’été est préparé et dispensé par des personnes ressources chevronnées sélectionnées au niveau national, régional et international parmi les universitaires, les chercheurs, les officiels de l’administration publique, les acteurs de la société civile. Le coût de la formation est d’environ $ 2700. Il couvre les frais de cours, le billet d’avion, l’hébergement en résidence universitaire, les repas, les frais relatifs à la descente de terrain. Des bourses complètes ou partielles seront accordées à quelques participants après étude de dossier. Compte tenu du nombre limité de bourses, nous encourageons vivement les candidats à chercher des financements pour leur participation. Aussi, d’autres organisations et institutions sont encouragées à soutenir leurs partenaires. Les institutions qui parrainent devront en plus couvrir séparément les petites dépenses du participant. Les organisations intéressées sont invitées à se manifester et à indiquer le nombre de personnes qu’elles souhaiteraient parrainer au plus tard le 31 Janvier 2018.

Toute personne intéressée à participer au programme est invitée à en faire la demande en envoyant àl’adresse e-mailci-dessousune(01)pagedelettredemotivation,unCVactualiséetunelettrede recommandation au plus tard le 31 Janvier 2018. La lettre de motivation devra détailler les raisons pour lesquelles l’intéressé souhaiterait bénéficier de ce programme, son expérience et celle de son organisation dans le domaine. Elle devra également indiquer si l’intéressé sollicite une bourse ou sera soutenu par un autre partenaire. Les personnes sélectionnées recevront une réponse au plus tard le 20 Février 2018. Les travaux préparatoires débuteront le 01 Mars 2018.

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez nous contacter à l’adresse suivante: [email protected]

Image placeholder

Indice de Gouvernance des Ressources Naturelles 2017 : Quelles performances pour la RDC ?

  • Online

Place et adresse: Hôtel Venus, dans la salle Bonobo, sise Avenue de la Gombe 306, commune de la Gombe.

Description de l’évènement 
L’indice de Gouvernace des Ressources Naturelles évalue la façon dont 81 pays au monde gèrent leurs ressources naturelles, à savoir, les mines, le pétrole et le gaz.

L’Indice évalue les performances de la RDC comparées a celles des autres pays, mais aussi compare la performance du secteur des mines par opposition au secteur des hydrocarbures. De même l’Indice évalue les performances de la Gécamines et de Cohydro comparées aux entreprises d’autres pays mais également les performances de la Gécamines par opposition à Cohydro. 

Les orateurs incluent M. Dodefroid MISENGA du Comité de la Reforme des Finances Publiques, M.Jerome Mukalay, Conseiller du Président du Senat, Sénateur Nkongo, Georges Bokundu, manager de SARW-RDC. 

Pour en savoir davantage, contactez-nous par email à l’adresse [email protected].